Tout coule

Tout Coule
CRÉATION AVRIL 2008
Forme courte de 20 minutes

 Tout coule s’interroge sur le sentimental et le politique, à partir de  différents personnages mythiques. Nos rapports amoureux sont-ils forcément politiques? La réussite n’est-elle qu’une question de volonté? Que pense un stéréotype? A partir d’une flaque de miel, d’un corps, d’un micro et d’une voix, Tout coule est une rêverie très librement inspirée de  Heiner Müller ou Virginie Despentes autour de personnages féminins allant de Niobé à Rosa Luxemburg, qui jouent, perdent et parfois gagnent.

Dans Tout coule, Charlène Strock évolue dans une flaque de miel de 100 kilos, tandis qu’une voix off s’interroge sur le degré de politique existant dans nos relations amoureuses, à partir d’une phrase de Barbey d’Aurevilly « Il y a la politique de l’amour, c’est une politique obligée » et d’une autre de Godard « Quand deux personnes se séparent, tout devient incompréhensible ».

La performance visuelle et le texte se disjoignent et se rejoignent rythmiquement, significativement, sensoriellement. La parole passe par la correspondance de Rosa Luxemburg, consciente d’écrire des  « machins économiques pour six personnes », et faisant pourtant la révolution tandis que l’homme qu’elle aime tombe au front.

La performance travaille la confrontation avec la matière à la fois qui sublime et qui englue. On oublie la parole pour la retrouver, comme un accompagnement de la performance physique, image aux multiples interprétations possibles, entre l’idéal et la chute, le stéréotype et la beauté.

Les spectateurs, autour du dispositif, sont ainsi renvoyés à leur propre expérience de la matière, libres de s’avancer ou non.

proposition Anne Monfort et Charlène Strock
performance et installation Charlène Strock
texte et voix Anne Monfort
image Laure Wolf
diffusion Juliette Medelli

Production Day-for-night / Festival 360

Création en avril 2008 > festival 360#1, Mains d’œuvres (93)
7 octobre 2010 > la Piscine, Dunkerque
23 septembre 2012 > la Métive, Moutier d’Ahun
1er juin 2013 > Théâtre Jean-Lurçat, Scène Nationale d’Aubusson
22 mars 2014 > l’Institut français, Brême (Allemagne)

Publicités